Mobilisation au Symposium minier du Nunavut : Les défis et les occasions du secteur minier dans le Nord

Le 11 avril – Bureau géoscientifique Canada-Nunavut, à Iqaluit

Des représentants fédéraux ont rencontré des sociétés d’exploration et d’exploitation minière pour en savoir plus sur les défis opérationnels qu’elles doivent relever dans le Nord canadien. Le groupe était surtout composé de membres du Northwest Territories and Nunavut Chamber of Mines.

La secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Kim Rudd, a demandé au groupe de cerner trois enjeux sur lesquels les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux devraient se pencher. Les principaux défis qu’ils ont relevés étaient les suivants :

  • L’accès aux ressources
  • Le manque d’infrastructure
  • La capacité/l’éducation

D’autres enjeux ont été soulevés, notamment les suivants :

  • La taxe sur le carbone
  • L’énergie – Le Nunavut a besoin d’une solution de rechange viable au diesel
  • La sensibilisation envers l’exploitation minière
  • Les délais – Tout prend plus de temps dans le Nord
  • Les caribous – Leurs déplacements compliquent la planification de l’utilisation des terrains
  • Les investissements – Tout coûte considérablement plus cher dans le Nord et les délais plus longs peuvent émousser l’intérêt des investisseurs

Le 12 avril – Séance de mobilisation du Secrétariat du PCMM auprès des participants du Symposium minier du Nunavut

Mot d’ouverture de la secrétaire parlementaire, Kim Rudd, le 12 avril 2018

Les participants se sont réunis en tables rondes et on leur a demandé de définir des mesures recommandées pour les six sujets exposés dans le document de discussion sur le PCMM.

Voici un aperçu des principaux commentaires :

  • Le Nord a besoin d’une meilleure infrastructure, notamment une connexion Internet plus rapide et plus fiable (largeur de bande améliorée)
  • L’industrie doit mieux comprendre les attentes des gouvernements et des organismes de réglementation
  • Les processus réglementaires devraient être rationalisés
  • Il faut mettre en place des systèmes de quarts de travail flexibles pour accroître le nombre de femmes dans la main-d’œuvre, et ces systèmes doivent être mieux alignés sur les valeurs sociales inuites
  • Une université à Iqaluit qui offre un programme de géosciences serait bien accueillie

D’autres séances de mobilisation se dérouleront au cours des prochains mois, et nous vous invitons à réfléchir sur la manière dont nous pouvons aider l’industrie minière à croître au Nunavut et dans l’ensemble du Canada.

Pour en savoir davantage