Domaine d’intérêt possible : Tirer parti du leadership du Canada dans un marché mondial

Une industrie minière canadienne forte repose sur le succès de l’exploitation minière durable et autres activités associées sur le sol canadien. Elle repose également sur la compétitivité mondiale et le leadership des entreprises canadiennes qui exercent des activités à l’étranger.

L’industrie minière canadienne a un impact socioéconomique partout dans le monde. En 2015, des entreprises canadiennes cotées en bourse détenaient des actifs miniers d’une valeur de 171 milliards de dollars, répartis dans plus de 100 pays étrangers. Les principales destinations des actifs miniers canadiens sont les États Unis (15 %), le Mexique (11 %) et le Chili (11 %).

L’Association minière du Canada rapporte que ses membres ont dépensé 10,7 milliards de dollars américains dans des pays étrangers et emploient plus de 53 000 personnes à l’échelle internationaleNote de bas de page 1 .

Les accords commerciaux internationaux du Canada accroissent les possibilités de l’industrie canadienne, et le Canada travaille avec des gouvernements partenaires afin de renforcer les capacités de gouvernance des ressources minérales et de faire la promotion des conditions qui soutiennent les investisseurs canadiens.

Le Canada est un chef de file mondial dans la prestation de services miniers et l’élaboration de technologies novatrices pour le secteur minier. Plus de 3 000 entreprises offrent à l’industrie leur expertise, entre autres, dans les domaines techniques, juridiques, financiers, comptables, environnementaux, et de nombreuses entreprises ont une présence mondiale.

L’image de marque du Canada est importante pour attirer les investissements étrangers directs (IED) dans l’exploitation minière au pays, là où elle crée des emplois et des occasions commerciales. Comme indiqué, l’exploration minière, la construction et l’exploitation de mines sont des activités coûteuses et à long terme qui nécessitent des capitaux importants. L’IED peut favoriser la réalisation de projets miniers, appuyer l’aménagement de l’infrastructure et stimuler l’innovation.


Il y a des actifs miniers canadiens partout dans le monde.
Pourcentage des AMCE par pays, en 2015

Source : Ressources naturelles Canada

Version textuelle

Les actifs miniers du Canada à l’étranger se répartissent comme suit : 15 % aux États-Unis, 11 % au Mexique, 11 % au Chili, 8 % en Argentine, 6 % au Pérou, 5 % au Brésil, 5 % en Zambie, 4 % en République dominicaine, 4 % à Panama, 3 % dans la République démocratique du Congo, 3 % en Chine, 2 % à Madagascar, 2 % en Australie, 2 % en Grèce, 2 % en Finlande et 28 % dans d’autres pays qui ne sont pas indiqués sur la carte.


Défis

Au Canada, la tendance en matière d’IED est à la hausse; cependant l’exploitation minière est une industrie internationale cyclique et son capital est mobile. La concurrence entre les pays pour l’investissement est féroce et nos concurrents cherchent sans cesse des moyens d’attirer des investisseurs supplémentaires.


Les IED au Canada ont augmenté pour passer de 9,5 milliards de dollars en 2008 à 35,5 milliards de dollars (prévisisons) en 2016.

Version textuelle

Selon les projections, le stock d’investissement direct étranger dans le secteur des minéraux, de 9,5 milliards de dollars en 2008, pourrait atteindre 35,5 milliards en 2016.

Les entreprises canadiennes qui exercent leurs activités à l’étranger sont soumises aux lois et règlements du pays hôte, ce qui est parfois difficile dans certaines régions. D’autres problèmes, comme la sécurité et la confiance du public, peuvent agir à titre d’obstacles à l’entrée et aux opérations des investisseurs canadiens.

Les entreprises doivent trouver un équilibre entre leurs engagements envers les collectivités locales et ceux envers leurs actionnaires.

Pour ce qui est de la destination des minéraux et des métaux canadiens, le Canada a tiré profit des occasions de diversifier les marchés qu’il dessert; cependant, les États Unis demeurent le plus important acheteur, et comptent pour 55 % des exportations canadiennes de marchandises. Une plus grande diversité des marchés pour l’industrie des minéraux et des métaux du Canada atténuerait les risques liés à la pression concurrentielle, à la fluctuation des prix des produits de base, à la volatilité du taux de change et à d’autres facteurs économiques.

D’autres pays qui mettent en place des projets d’exploitation des minéraux n’ont pas toujours la rigueur réglementaire du Canada, des exigences de consultation ou des attentes quant au comportement des entreprises minières. Par conséquent, il peut être plus facile pour une entreprise de s’établir dans d’autres pays qui ne partagent pas l’engagement du Canada envers des normes supérieures.

À mesure que la demande mondiale de technologies novatrices à faibles émissions de carbone pour le secteur minier augmente, les fournisseurs canadiens de services et de technologies devront faire face à la concurrence sur un marché mondial de plus en plus dynamique.

Points de discussion :

  • Comment pouvons-nous favoriser davantage la prospérité des compagnies minières canadiennes à l’étranger?
  • Comment pouvons-nous attirer davantage d’investissements directs étrangers dans l’industrie des minéraux et métaux du Canada?

Notes de bas de page