Domaine d’intérêt possible : Offrir des avantages à la collectivité et appuyer la diversification de la main-d’œuvre

Les projets miniers sont des projets d’envergure et leur présence dans les collectivités et les régions est importante. Leur durée de vie peut s’étaler sur des décennies, de l’exploration préliminaire à la fermeture, et leur construction ainsi que leur exploitation coûtent des millions de dollars et même plus. Souvent situés dans les régions éloignées et isolées du Nord et dans les communautés autochtones, ces projets peuvent accroitre le développement en apportant des avantages socioéconomiques, comme des emplois, de la formation, de l’approvisionnement, des commerces et l’aménagement d’infrastructure.

Les communautés qui abritent les projets d’exploitation minière s’attendent à en profiter, tout en ayant la certitude que des mesures de protection sociales et environnementales adéquates soient en place. De bonnes relations avec la collectivité peuvent aider les entreprises à renforcer la confiance du public, ce qui peut faciliter l’élaboration du projet et limiter les risques associés aux coûts et à la réputation, tout en leur permettant d’obtenir un rendement du capital investi.

Les activités minières modernes nécessitent une série de compétences. En perfectionnant et en maîtrisant ces compétences, les employés ont accès à un plus large éventail d’emplois de meilleure qualité et bien rémunérés dans le secteur des ressources naturelles et autres secteurs.

Les entreprises minières peuvent faire face à une vive concurrence en ce qui concerne les employés devant travailler en régions éloignées. Lorsqu’il y a une pénurie de main-d’œuvre dans les collectivités environnantes, les entreprises peuvent choisir le navettage aéroporté (fly-in, fly-out). Comme les horaires des travailleurs miniers comprennent souvent deux semaines de travail et deux semaines de congé (ou horaire semblable), les entreprises peuvent avoir de la difficulté à attirer des travailleurs « volants » qui ne souhaitent pas quitter leur famille et leur lieu de résidence.

« Les navetteurs sont nourris et logés par les entreprises minières et ne contribuent pas au développement économique des municipalités. Pourtant, ces travailleurs ont recours aux services locaux, notamment les services de santé locaux », ce qui peut exercer des pressions sur ces collectivitésNote de bas de page 1

Des études démontrent que les Canadiens de partout au pays ont généralement une impression favorable des activités minières et croient que les normes de gestion de l’industrie en matière de sécurité, d’environnement et de responsabilité sociale sont élevées. Ils croient également que l’exploitation minière est bonne pour l’économie et qu’elle fournit des occasions économiques aux collectivités éloignées et aux jeunes CanadiensNote de bas de page 2

Fonds Restor-Action Nunavik

Plusieurs anciens sites d’exploration minérale localisés dans le Nord du Québec nécessitaient des travaux de nettoyage. Cette situation constituait une occasion d’établir des partenariats avec des intervenants régionaux afin de procéder aux travaux requis tout en créant des emplois au sein des populations locales. C’est dans cette perspective que le Fonds Restor-Action Nunavik a été mis sur pied grâce à un financement du gouvernement du Québec ainsi que de contributions financières provenant des entreprises minières participantes.

Cette initiative, impliquant aussi l’Administration régionale Kativik, a permis de nettoyer plusieurs sites d’exploration tout en créant des emplois au sein des communautés locales. Le Fonds contribue à l’état de préparation de la communauté par le renforcement des capacités des populations locales.

La participation des communautés locales dans les activités de nettoyage de sites miniers abandonnés permet également de renforcer le lien de confiance à l’égard des activités de mise en valeur des ressources minérales. Le Fonds est devenu une référence dans la restauration des sites abandonnés au Canada et a inspiré des initiatives similaires dans d’autres régions du Québec et même d’autres provinces canadiennes.

Défis

Obtenir un soutien généralisé pour les projets d’exploitation des ressources naturelles est un défi. Cette situation est due en grande partie au nombre important de collectivités au Canada, aux différentes opinions au sein de ces collectivités, et à la capacité de chaque collectivité de participer au processus de réglementation et de planification. Il y a un grand nombre d’intervenants impliqués dans les décisions concernant l’exploitation des minéraux, chacun pouvant avoir des intérêts différents.

L’exploitation minière demeure une industrie qui emploie surtout des hommes; les femmes ne représentent que 14 % de la main-d’œuvre de l’industrieNote de bas de page 3. Les immigrants, quant à eux, représentent 13 % de la main-d’œuvre de l’industrie, comparativement à 25 % pour l’ensemble de la population active du CanadaNote de bas de page 4 . Les travailleurs autochtones composent 5 % de la main d’œuvre de l’industrie minière, comparativement à 3 % dans toutes les industriesNote de bas de page 5 .

L’augmentation du nombre d’emplois autochtones peut favoriser les efforts de réduction des écarts socioéconomiques et augmenter la participation des Autochtones à l’exploitation des ressources naturelles.

Points de discussion :

  • Comment pouvons-nous faire pour créer une main-d’œuvre qualifiée plus diversifiée?
  • Comment pouvons-nous faire en sorte que les collectivités profitent des retombées?

Notes de bas de page