Domaine d’intérêt possible : Exploiter le potentiel des ressources du Canada

Le secteur des minéraux et des métaux contribue à la prospérité de l’ensemble des Canadiens, que ce soit par l’exploration minérale dans les régions nordiques, des mines agissant comme moteurs économiques pour les collectivités, ou des installations de traitement des minéraux (fonderies et raffineries) qui ajoutent de la valeur à la production minière et fournissent des avantages socio économiques aux collectivités des régions où elles sont exploitées. Cela étant dit, ce secteur n’a pas encore atteint son plein potentiel. De grandes régions, particulièrement dans le Nord, contiennent une gamme de gisements minéraux diversifiés, mais ces régions sont sous-explorées et sous-exploitées.

L’exploration est essentielle pour assurer la production minérale actuelle et future. Cette activité permet de découvrir de nouveaux gisements; de détecter les zones à explorer davantage; de faire progresser des projets existants; de créer des emplois; d’appuyer le développement des collectivités et des régions; d’attirer des partenaires, des investisseurs ou des acheteurs qui permettent aux projets de passer à la phase de production.

L’exploration minérale est souvent menée par de petites entreprises appelées « petites sociétés minières. » En fait, le Canada accueille le plus grand nombre de petites sociétés minières au monde. Ces sociétés jouent le rôle de porteur de projets pour les grandes sociétés de production et elles contribuent à l’approvisionnement futur de la production minérale.

Au Canada, les différents gouvernements mettent en œuvre des programmes et des politiques qui favorisent un secteur concurrentiel de l’exploration. Les données géoscientifiques publiques permettent de mettre les données à la disposition de l’industrie de l’exploration et d’autres industries. Les investissements dans les connaissances géoscientifiques d’accès public réduisent les risques d’investissement en permettant aux explorateurs de concentrer leur travail dans des régions ayant les plus grandes probabilités de succès.

Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux investissent dans le domaine des géosciences dans leur compétence respective et travaillent ensemble pour augmenter l’efficacité générale des activités d’inventaires géologiques.

L’accès aux terres en ce qui concerne les activités d’exploitation minière est un enjeu directement lié à la position concurrentielle du Canada, étant donné que la disponibilité de terres pour la prospection influe sur les décisions en matière d’investissements prises par les entreprises privées. Cependant, les gouvernements peuvent décider d’empêcher les activités minières potentielles dans certaines régions pour des raisons de protection écologique et culturelle ou de négociations des revendications territoriales autochtones.

Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux misent sur des mécanismes financiers pour appuyer davantage la compétitivité de l’industrie de l’exploration. Par exemple, les petites sociétés minières ne génèrent pas de revenus et doivent compter sur les marchés des actions pour réunir des fonds. Les gouvernements offrent des crédits d’impôt et des déductions fiscales pour les aider à attirer des investissements afin de financer leurs activités.

L’infrastructure est un élément clé pour une industrie minière dynamique. Elle permet aux travailleurs et aux fournitures d’atteindre les sites de production, de livrer des produits dans les marchés (transport routier, ferroviaire, maritime), d’établir des communications (télécommunications à haute vitesse), d’alimenter les mines et d’autres installations (lignes de transport) et appuie les collectivités locales (tout ce qui précède).

L’infrastructure apporte également d’autres avantages socioéconomiques, particulièrement dans les régions éloignées, isolées et nordiques. Notamment, réduire les coûts de livraison des fournitures, améliorer la viabilité des entreprises locales, renforcer les partenariats avec les groupes autochtones et attirer d’autres projets d’exploitation des ressources naturelles. Cependant, le manque d’infrastructure, particulièrement dans les collectivités nordiques, éloignées et isolées, empêche l’exploitation minérale supplémentaire. C’est ce qu’on appelle parfois un « déficit infrastructurel » qui est perçu comme un frein à la compétitivité du Canada en tant que pays minier.

La fermeture d’installations de fusion et de raffinage canadiennes au cours des dernières décennies signifie qu’une bonne partie de la valeur créée par le traitement de produits canadiens profite à d’autres économies. Qui plus est, une baisse de la capacité de traitement nationale peut exercer une pression accrue sur les opérations minières canadiennes, car il serait avantageux pour elles qu’une installation de traitement nationale achète leurs produits. Cela pourrait avoir une incidence sur l’analyse de rentabilisation concernant l’exploitation minière au Canada.

Défis

Les programmes et les politiques des différents gouvernements visant à appuyer la compétitivité de l’exploitation minière nécessitent des fonds publics. Ces ressources sont rares et il y a des priorités concurrentes.

Le potentiel d’exploitation minérale au Canada pourrait être réduit si des régions prometteuses ne sont plus disponibles à des fins d’exploitation potentielle. Des clarifications sont nécessaires en ce qui concerne l’accès aux terres et le régime foncier pour réduire les risques à l’investissement.

Les infrastructures sont des biens à coût élevée et il faut attendre longtemps le rendement des investissements. Les projets d’infrastructure sont également confrontés à des défis comme obtenir l’accès au territoire, répondre aux préoccupations des intervenants, atténuer les répercussions environnementales et avoir accès à une main-d’œuvre qualifiée, qui peuvent tous faire obstacle aux investissements privés et publics. Différents ordres de gouvernement, y compris les gouvernements autochtones, ainsi que le secteur privé cherchent de plus en plus à conclure des partenariats publics-privés afin de partager les risques et le coût d’aménagement des infrastructures.

L’industrie canadienne du traitement des minéraux fonctionne au sein d’un marché concurrentiel à l’échelle mondiale qui est stimulé, en grande partie, par la consommation de métaux en Asie. La proximité de mines nationales, l’accès à des matériaux de rebut, des infrastructures efficaces et l’accès à des sources d’énergie à des prix compétitifs constituent des avantages concurrentiels pour les usines de cette industrie. Toutefois, il y a des difficultés auxquelles elles font face, notamment le changement des tendances mondiales de la demande; les prix variables des produits minéraux; les coûts élevés du transport et la nécessité de transporter sur de longues distances; et l’augmentation de la capacité de fusion et de raffinage des pays de l’Asie et d’autres pays, qui rivalisent aussi avec elles pour obtenir des concentrés de minéraux et du matériel de rebut à des fins de recyclage.

Points de discussion :

  • Comment pouvons-nous combler les lacunes en matière d’infrastructure et soutenir les projets de mise en valeur des minéraux?
  • Quels sont les plus grands défis auxquels est confrontée l’industrie de l’exploration?

Projet d’accès aux ressources du Yukon

Le 2 septembre 2017, le gouvernement du Canada et le gouvernement du Yukon ont annoncé un financement conjoint de 360 millions de dollars pour le Projet d’accès aux ressources du Yukon (247,4 millions de dollars en fonds fédéraux et 112,8 millions de dollars en fonds territoriaux), et l’industrie prévoit contribuer un montant pouvant s’élever jusqu’à 108,6 millions de dollars.

Le Projet d’accès aux ressources du Yukon vise la modernisation des infrastructures dans deux régions clés offrant un fort potentiel minéral et d’exploitation minière active au Yukon.

Le volet du projet situé dans la région des monts Dawson comprendra la modernisation de quatre routes publiques distinctes. Il fournira l’accès à une importante zone de minéralisation dans le centre du Yukon.

Le volet dans la région du chaînon Nahanni concerne la modernisation de la route Nahanni Range, de son intersection avec la route Campbell jusqu’à la frontière entre le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest.